mercredi 24 novembre 2010

Entropie, crevure.


Elle sentait bien qu'elle n'était pas venue sur la Terre au bon moment. Que le vortex spatio-temporel qu'elle avait emprunté, lovée dans son scaphandre en plumes quantiques, était bien trop saturé de matière noire ; ça n'a pas loupé. Les instruments de mesures internes à surfaces liquides s'étaient affolés et l'avaient plongée dans une époque piteuse ainsi qu'en plein désarroi. Il lui fallait maintenant supporter l'écart entre elle et nous, avec la souffrance d'être la seule consciente de l'infinie bêtise qui nous éloigne à tout jamais de sa sagesse éblouissante. Heureusement qu'il lui restait l'alcool et le mensonge.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire