dimanche 6 février 2011

Futur intérieur


L'hélicoptère monstrueux volait au dessus de la ville.
A l'intérieur, la musique était très forte. Du Dirty South, un truc genre Young Buck.
Une assistante parlementaire se trémoussait dans sa jupe bleu-marine. Elle mimait les biatches de MTV, l'air entendu que c'était pour rire. Le Détaché-Bourgmestre aimait bien ça, ça lui faisait une tache humide au pantalon.
La Secrétaire Générale à la Sécurité Intérieure était au fond de l'appareil, entourée de ses gardes du corps, en compagnie de journalistes, de chefs d'entreprises et de nombreux assistants rivés à leurs écrans d'ordinateurs. L'écrivain qui l'accompagnait dans tous ses déplacements afin d'écrire la légende de la Secrétaire Générale à la Sécurité Intérieure, regardait par la fenêtre de l'hélicoptère la foule immense, mouvante, étrangement calme, résignée et digne. Les débordements tant espérés n'eurent pas lieu, en dépit des infiltrés du Service Secret qui n'ont eu de cesse de piller, casser, frapper, afin de discréditer la rébellion.
L'écrivain était ému. Mais la culpabilité lui donnait la nausée. Au moment où le soulèvement qu'il avait tant espéré se déployait sous ses yeux, il était aux côtés de la Secrétaire Générale qui buvait du Ruinart, à fuir avec les rats.
L'hélicoptère militaire allait quitter le territoire. L'écrivain eut juste le temps de voir les chasseurs Rafale déverser les bombes au sarin sur la ville de son enfance.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire