mercredi 11 juillet 2012

Happening à Mioussac 2012



La DCD (Direction Culturelle du District) faisait cette année ses réunions de formations et ses tables rondes dans un sous-marin nucléaire désaffecté, depuis que le bus de l'année dernière avait été incendié par des artistes intermittents. Posé sur un quai de la Bruze, le sous-marin impressionnant attendait les intervenants pour la première réunion du festival dont le thème était "parcours culturel pareto-optimal". Marie-Odile Dorifor accueillait tout le monde, grisée par l'événement et par plusieurs rosés-pamplemousse. Stéphane Croissant du SACCAGE (Service d'Action Culturelle, de la Création Artistique et de la Gestion Educative) ouvrait le débat :
"Merci d'être venus si nombreux à ces réunions organisées conjointement par la DCD, le SACCAGE et la Commission d'Attribution des Labels. Je ne vais pas, compte-tenu du peu de temps que nous avons et vu qu'il y a beaucoup d'intervenants aujourd'hui, m'appesantir sur l'introduction et rappeler les enjeux, vous les connaissez tous. La parole est précieuse et je ne serai pas de ceux qui remplisse le vide par un autre vide (...)"
6 minutes.
"(...) c'est pourquoi je pense qu'il faut aller au coeur de ce qui nous réunit aujourd'hui, car, comme le disait (...)"
10 minutes.
"(...) en effet, la préoccupation de la DCD, je ne veux pas parler pour elle, Philippe Court le dira mieux que moi, c'est d'être au plus près des artistes et de la création"
20 minutes.
"(...) Donc, voilà l'objet de mon intervention, en très peu de mots, car je sais que beaucoup doivent parler, Jean-Luc, Cynthia, Marie-Odile tu me dis quand je suis trop long, hein ? Bon, donc, voici ce que je présente au nom du SACCAGE. Nous sommes fiers d'annoncer la mise en place du dispositif CAPTE, Culture et Action Patrimoniale en Trajets Educatifs, qui renforcera sur le terrain, les dispositifs déjà existants visant à prolonger le dialogue entre les artistes et les nouveaux publics. La DCD nous a déjà envoyé les plaquettes, elles viennent de sortir de l'imprimerie, vous les avez sous les yeux, avec ce slogan qui résume assez bien le dispositif : "Avec la DCD, ça CAPTE partout".

Des bruits étranges, comme des grognements, commençaient à se faire entendre dans l'assistance.

"Ce qu'il faut retenir de ce dispositif, c'est que le SACCAGE drive l'ensemble des étapes, mais que les artistes sont partie prenante et doivent, c'est bien normal puisqu'ils sont à l'origine de leur propre création, élaborer les budgets, prendre contact avec les établissements scolaires, créer des trajets éducatifs, établir des plannings (grognements)...euh, organiser des rencontres de quartier, faire des ateliers pour les amateurs, (grognements redoublés) euh qu'est ce qu'il se passe ?"

À cet instant, un homme se leva en grognant et psalmodiant une complainte bizarre. C'était Jean-Toussaint Blanville, le performeur. Il n'était vêtu que d'une couverture puante et d'un couvre-chef à plumes qui lui donnait l'air d'un chef indien psychotique. Il faisait des ronds, d'un pied sur l'autre, le dos courbé tel un vieillard, et tendait la main aux intervenants interloqués et dégoûtés.

"Euh...je crois qu'un artiste s'est immiscé parmi nous, hin hin...je t'ai reconnu Jean-Toussaint", dit Stéphane Croissant animé d'un rictus. Les autres restaient figés par la danse belle et inquiétante de Jean-Toussaint Blanville.

"Hu hu iiiiiah hu hu mmmmmm iiiiiah ya mmmm grrrr" chantait-il en tendant la main.

"Bon, je crois que c'est bon, maintenant, on a compris le message.
 - Grruuu  gru gruuuu !
- Ok, Jean-Toussaint, je je ne pige pas.
- RRRaaaa
- C'est franchement nul. On fait tout ça pour vous aider et toi, tu viens saccager le travail. Je n'avais pas fini mon intervention. Tu me laisses finir et puis après tu fais ton numéro sur le parvis de la cathédrale, ok ?
- Gnuk gnuk gnonfr
Jean-Toussaint bavait sur les plaquettes de la DCD.
- Putain merde, tu fais chier, s'emportait Stéphane Croissant, que personne n'avait encore vu dans cet état. (Il est vrai que Blanville avait tendance à crisper tout le monde). On ne fait peut-être pas assez de choses pour vous tous ? Combien t'as touché de la DCD, hein ? Tu viens là nous faire la leçon ?
Mais dégage ! Dégage, espèce de parasite !
Et Stéphane Croissant, rouge de colère et blême de rage, chercha à atteindre Blanville et glissa sur le pont lustré du sous-marin nucléaire, puis se fracassa le crâne contre une table dans un grand "Ho" collectif.
Blanville psalmodiait toujours en se déplaçant lentement vers la sortie.
Marie-Odile Dorifor avait le hoquet.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire